Dans mes précédents articles, j’ai clarifié l’absence d’objectifs et de concepts de la philosophie. Dans cet article, je reformule le discours philosophique en fonction de trois axes : les besoins à satisfaire, la prise de décisions et la vie spirituelle.

ego

M’appuyant sur la CNV, je vais tenter de reformuler en « message je » quelques phrases célèbres et en déduire la philosophie de la philosophie.

Les besoins à satisfaire

Suivant la CNV, nous parlons toujours de nous-mêmes, exprimant une demande ou un merci à autrui. Voici quelques citations de philosophes célèbres exprimant leurs besoins de manière cachée et leur reformulation en « message-je », conceptualisé par Thomas Gordon.

Socrate : connais-toi toi-même.

Reformulation : j’aimerais pouvoir contribuer à ton bien-être mais je m’en sens incapable.

Aristote : que donc par nature les uns soient libres et les autres esclaves, c’est manifeste, et pour ceux-ci la condition d’esclave est avantageuse et juste.

Reformulation : j’aime être libre, même si c’est au détriment d’autrui.

Descartes : je pense donc je suis.

Reformulation : j’aimerais me sentir vivant, même quand je ne pense pas.

Spinoza : La tristesse est le passage de l’homme d’une plus grande à une moindre perfection.

J’aimerais me sentir vivant, même quand je suis triste.

Spinoza : l’amour est une joie, accompagnée d’une cause extérieure.

J’aimerais être heureux simplement, profiter de la vie même si je suis seul.

Hegel : dans la partie principale de l’Afrique, il ne peut y avoir d’histoire.

Je suis fier d’être allemand, cela donne du sens à ma vie.

Sartre : l’existence précède l’essence.

J’aimerais me sentir vivant sans avoir à justifier mon existence.

Sartre : nous n’avons jamais été aussi libre que sous l’occupation.

J’ai besoin de contraintes pour me sentir libre.

Kierkegaard : exister, c’est d’abord éprouver l’angoisse.

J’aimerais être en paix avec ma vie.

Nietzsche : celui qui sait commander trouve toujours ceux qui doivent obéir.

J’ai du mal à prendre des décisions. J’ai besoin d’ordre ?

Freud : l’anatomie, c’est le destin.

J’aimerais clarifier mes pensées. J’ai besoin de clarté.

Et maintenant, comment satisfaire ces besoins si vous acceptez de ne plus philosopher ?

Passer à l’action

Kant : que dois-je faire ?

J’ai du mal à prendre des décisions. J’ai besoin de donner du sens à ma vie.

Kant : raisonnez autant que vous voudrez et sur tout ce que vous voudrez, mais obéissez.

J’ai du mal à prendre des décisions. J’ai besoin d’ordre ?

Passons à la vie spirituelle

La vie ou la mort

Platon : Philosopher, c’est apprendre à mourir.

J’aimerais être en paix avec ma mort.

Michel de Montaigne : quelquefois, la fuite de la mort fait que nous y courons.

J’aimerais être en paix avec ma mort.

En conclusion

La plupart du temps, les philosophes s’apitoient sur leur sort sans passer à l’action. Ils ont du mal à parler simplement de leurs besoins de se sentir vivant, de donner du sens à leur vie, de prendre des décisions et d’être en paix avec leur mort. La philosophie est une éducation à l’encontre de la formulation des besoins personnels. Elle s’appuie sur des personnes incapables d’en parler simplement, paisiblement et de passer à l’action, en paix avec leur mort prochaine.

Pour aller plus loin

Un ouvrage simple sur la philosophie : Les Dix Philosophes incontournables du bac philo de Charles Pépin.
Un ouvrage sur le « message-je » Parents efficaces: Les règles d’or de la communication entre parents et enfants par Thomas Gordon.

Deux ouvrages sur les besoins :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

La philosophie, une éducation violente niant les besoins personnels
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *